logow LES SAISONS PARISIENNES - ПАРИЖСКИЕ СЕЗОНЫ ТМ
Compagnie de multicréation, fondée en 2002
 

   

Production de cinéma

LES SAISONS PARISIENNES Films

  Films produits par la compagnie  
 

 

Production LES SASONS PARISIENNES Films ©  présente le premier film de la trilogie Les Saisons Parisiennes d'un Prof  
"Un million de roses"
     
umr Dans la classe de l'Université. C'est la fin de l'année scolaire. Et aussi la fin d'un semestre. Les cours sont terminés. Marc s'ennuie dans sa vie monotone d'un Prof. Soudainement la porte de la classe s'ouvre, et apparait Julie avec une rouge coiffure de "Punk" que Marc j'a jamais vu dans la classe. Elle pose devant lui un gros bouquet de roses.... Puis un autre, et un autre....

Marianna Lanskaya a terminé la création de premier court métrage de la trilogie "Les Saisons Parisiennes d'un Prof" © - "Un Million de Roses" - 2010

avec
Thierry Le CAIN, Elyse ROTH

Paris 2010 - 23 min
  Film Un Million de Roses
de Marianna Lanskaya
Comédie romantique
23 min

 The Million of Roses

It is in the class at the University. The end of the school year. It is also the end of the semester. The course is finished. Mark was bored in his monotonous life of prof. Suddenly the room door opens, Julie appears with Red Hair 'punk' that Mark has never seen in her classroom. It makes a big bouquet of roses she puts on the table before Prof. ... Then he gets another, then another ...

  Film Un Million de Roses
Présenté au festival 2012 hors concours

 

NOTE D’INTENTION de Réalisateur

     
  dvd Très souvent un gros mur épais sépare les bancs des élèves de leurs professeurs. La faille est si profonde que les élèves et les profs n'essayent plus de se rapprocher, parler, voir au de là des apparences. Souvent les élèves sont injustement méchants avec leurs profs et vice versa. Où est le problème ? Le manque de curiosité ? De compréhension ? Et pourtant, l'apprentissage des Savoirs devrait être la plus belle aventure humaine, soit pour les grands, soit pour les petits. Peut être la machine éducative est devenu trop lourde, en s'éloignant de l'essentiel humain?
  Un DVD disponible sur Amazon.com: Dans ce film, sous une forme comique et exagérée je me pose les questions sur cette faille profonde qui sépare les générations. Y a t-il une possibilité de rapprochement ? Sont les jeunes qui doivent faire nécessairement le premier pas ? Doivent ils faire des concessions de leurs coutumes de la jeunesse et obéir à l'oppression de la machine éducative, vétuste et obsolète ? Ou c'est aux adultes de se questionner et à essayer de rentrer dans le monde des jeunes sans violence ni moralisation ? Cela demande, certainement, un sacre effort de la part d'un adulte, mais tout cela peut arriver par un jeu des circonstances croisées... Sans vouloir...
     
    mr
     
 
Dans ce film je voudrais montrer que cela est possible avec un peu de volonté et d'imagination. Le monde des jeunes me touche profondément, m'apprend énormément et m'empêche de stagner dans les opinions acquises, me reposer sur mes lauriers au lieu de continuer de me questionner, de progresser, donc, de vivre. Personnellement je crois en expérience et en évolution d'un être humain dans le temps, mais elle ne peut pas se faire sans un constant renouvellement d'esprit. Cela on doit à la jeunesse et on doit la respecter, au lieu de l'opprimer. C'est un échange perpétuel, et moins il y a des barrières, souvent imposés par des adultes, plus on est efficace.

J'aborde ce thème car j'ai aperçu autour de moi des dérives dans les relations intergénérationnelles, notamment dans le milieu de l'éducation nationale et cela me gêne profondément. Je trouve que la métaphore trouve le chemin plus court vers les cœurs des gens, auxquels je m'adresse, donc, pour parler de ce questionnement, je choisis une histoire drôle, simple, à la portée de chacun.

     
    mr
     
    Ostrovski disait, défendant ses œuvres au milieu du 19ème siècle : « Les poèmes sont faites pour les gens cultes, les comédies sont pour tout le peuple ! » Ce principe reste d'actualité à nos jours : pour m'adresser et toucher le plus grand nombre de spectateurs, je choisis le style de la comédie, d'un sketch au sujet léger et dynamique. Et plus on touche aux sentiments humains très simples, tels que l'amour, la compassion, le courage, l'envie de plaire, plus on se rapproche à l'essentiel de la vie.
     
    mr
     
    Au début du film on devrait ressentir la différence entre le monde des jeunes et le monde des adultes. Mais cette différence est vue et perçu par un adulte. A la fin du film cette différence doit être effacée : la perception du monde par un jeune est égale à la perception d'un adulte évolué : l'adulte regarde la vie avec les yeux d'un jeune. Les outils sont variables : musique, lumière, accessoires vestimentaires, le montage de la vitesse des cadres.

La trilogie « Les saisons parisiennes d’un Prof » est composée de trois histoires, reliées par le même thème et les mêmes personnages, mais abordée de trois façon différentes.
     
    mr
     
    Dans le premier film « Un million de roses » je souhaite montrer que, même dans un «sac de béton» moderne peut exister une vie chaleureuse et humaine, y peut se dérouler des drames, des histoires drôles, des histoires sentimentales.

Où, même un prof qui ne croit plus à rien et n'attend rien de la vie, qui fait mécaniquement son boulot, attendant paisiblement sa retraite, lui aussi, il peut avoir le droit à son bonheur personnel. Sous l’emprise de séduction, il se transforme en un homme cordial et sympathique, laissant derrière lui ses vieilles conventions obsolètes...
     
    mr
     
    Où une jeune «punk», nihiliste, qui refuse la société autoritaire et ne croie encore à rien, elle aussi, embarquée dans ce jeux, elle finit par voir en Marc non seulement une «encyclopédie ambulante», mais aussi une personne sympathique.

On peut imaginer, à la fin du film, que ce jeu d'intérêts les poussera à une autre histoire, peut être, à une amitié cordiale ou plus...

Le cadrage a sa propre progression dans la structure du film : le zapping sur les images filants au début, suivit des plans généraux, mélangés aux gros plans sur les détails au milieu du film, puis des très gros plans sur les visages et les yeux durant le dialogue entre Marc et Julie, en revenant par la suite aux plans larges d'ensemble des groupes des gens dansants dans le contexte urbain.
   

 Marianna Lanskaya

2010

     
    Un DVD disponnible sur Createspace.com:
    http://www.imdb.com/title/tt1731681/
    Réferencement IMDb:
    https://www.createspace.com/302994
     
 
Nouvelles  
   
La compagnie les Saisons Parisiennes films développe la production des films de fiction, court et long-métrages à partir de 1er décembre 2012.  
   
Apels aux projets  
  • court-métrages de fiction - la durée maximum 15 min
 
   
Les liens des compagnies et d'activités des Saisons Parisiennes
sur la production et diffusion de cinéma
 
 Les Saisons Parisiennes développent leurs activité sur plusieurs supports multimédias afin de donner plus de visibilité à chaque branche de ses activités créatives et organisatives.  
Les sites-partenaires  


 
   

Actualité de Société de Production

 
  • L'appel au projet de scénario de court-métrage de la part de la compagnie Les Saisons Parisiennes films - à partir de 15 novembre 2012 jusqu'à 15 janvier 2013
    Voir les détailles sur le site de Festival
    Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit. Quisque ornare ipsum at erat. Quisque elementum tempus urna.
  • Recherche de la co-production française ou etrangere pour un long-métrage
    Voir les détailles sur le site de Festival
    Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit. Quisque ornare ipsum at erat. Quisque elementum tempus urna.
 
   
   
   
   
   




















































































 
Copyright © 2002-2012 Les Saisons Parisiennes